Jérôme Despey appelle à l'unité

Invité d’honneur du Conseil départemental de la FDSEA de la Drôme

Echanges nourris entre Jérôme Despey et les membres du Conseil départemental de la Drôme, le 7 décembre 2017

Le Secrétaire général de la FNSEA a honoré de sa présence le Conseil départemental qui s’est tenu à l’Espace polyvalent d’Etoile-sur-Rhône ce jeudi 7 décembre.  Saluant la dynamique syndicale drômoise, il forme le voeu que les agriculteurs se montrent unis sans céder à la lassitude, à l’heure où une haleine de vent froid souffle sur l’agriculture.

«  Le propre d’un responsable national, c’est de se confronter au terrain  », déclare d’emblée Jérôme Despey devant les membres du Conseil départemental réunis atour de lui. « Pouvoir s’écouter, pouvoir faire ensemble des progrès et pouvoir ensemble se projeter« , voilà ce qui le motive et l’amène à sillonner les départements, dont celui de la Drôme où il dit se trouver « avec beaucoup de plaisir« . A quoi Grégory Chardon, président de la FDSEA de la Drôme, répond avec des mots de remerciements chaleureux : « Ta force est un atout. Merci de ton engagement  » sans faille.
Se faire entendre du Gouvernement

Aussitôt un échange s’engage entre les drômois et le secrétaire général du syndicat national, lequel ne cache pas son ambition : tout faire pour que les syndicalistes se fasse entendre du Gouvernement. Jérôme fait le constat que nous avons à faire à un pouvoir inédit : le Parti socialiste est « décimé« , Les Républicains « se cherchent« , le FN « est effrité« … et le président de la République règne en Jupiter ! Face à ce tableau, Jérôme appelle les syndicalistes à ne pas se diviser entre eux, « c’est un élément essentiel. Car le travail auprès des élus doit être démultiplié. Nous avons de nouveaux interlocuteurs qui sont ignorants du monde rural et agricole« . Nous ne pouvons accepter leur discours que Jérôme résume d’une formule fracassante : « Vous autres agriculteurs, vous êtes pauvres, restez pauvres !« . Dès lors comment se faire entendre ? Dans l’unité.

Un programme de bon sens

Jerôme Despey relève alors les points essentiels d’une feuille de route : « il faut gommer les différentiels de compétitivité de distorsion de concurrence, aussi se prémunir des aléas climatiques, pouvoir constituer des réserves et conserver nos acquis syndicaux« . Le premier point est primordial, car « la surtransposition au niveau national des règles communautaires est insupportable. Ce sont des règles supplémentaires » qui s’ajoutent aux trop nombreuses contraintes déjà là. Jérôme insiste sur le « produire et manger français » et alerte sur la signature du CETA et du Mercosur, qui vont introduire des produits dont les normes diffèrent des productions de qualité françaises.

Des états généraux de l’alimentation…

Bien sûr, Jérôme Despey a évoqué des points d’actualité. Quelques mots sur le glyphosate, dont la gestion est qualifiée de politique. De l’assurance récolte, dont le taux est conservé à 65% – peut-être 70% fin 2017, indique-t-il. Des aides qui tardent toujours à être versées et dont « le retard de paiement est inadmissible« … Jérôme appelle à des mobilisations locales constantes, sur tous les fronts, avec le souci de convaincre l’opinion. Sur les EGA particulièrement, il évoque la signature de la charte cosignée par Christiane Lambert qui veut « redonner du prix« . Il convient « d’obtenir un cadre législatif notamment avec des sanctions qui nous protègent« .

…à la prédation par le loup

Sur le dossier du loup, Jerôme Despey interroge : « Qui veut-on protéger ?« . Il qualifie la prédation par le loup de « drame » et prend la mesure de la détresse des drômois qui expriment devant lui leur lassitude. A quoi il exhorte « à continuer de faire pression, à ne pas se résigner à la fatalité« . Il note qu’avec l’association des maires, mais aussi avec les départements, « il y a moins d’expression négative » sur le dossier loup. A l’interpellation de Patrick Brugière, secrétaire général adjoint de la FDSEA, critiquant la posture face au Gouvernement, il répond que « la convention de Berne, là réside le vrai problème« .

Assurance récolte : enfin le paiement

De l’avis de tous, l’échange nourri est trop court. Jérôme Despey est attendu ailleurs, partout la parole doit être portée. Mais il ne quitte pas le Conseil départemental sans une annonce. Ainsi il informe les drômois au sujet de l’assurance récolte, en indiquant que le paiement, sous réserve de confirmation, devrait intervenir en février 2018 pour l’année 2016 et en juillet 2018 pour l’année 2017.

La conversation touche à sa fin. Elle reprendra avec la FNSEA en compagnie de Christiane Lambert, invitée d’honneur du Congrès qui se tiendra le 9 mars 2018 à Claveyson. Merci Jérôme et bon vent !

Angelo Tedesco

Pas de mot clé